Starving Woodchucks invite au voyage

Starving  Woodchucks

Pour la présentation de leur nouvel album, White Fang, le groupe Starving Woodchucks se produira au Confort Moderne à Poitiers, le vendredi 26 octobre. En première partie, ils ont invité Violette, une chanteuse folk.
Tous sont originaires de Poitiers et ne cachent pas leur plaisir de jouer dans cet endroit qu’ils fréquentent eux-mêmes en tant que spectateurs. « C’est excitant, plaisant, remarque le guitariste Frédéric Debert. C’est une étape importante pour nous et on l’espère le début d’autres belles aventures. »
Composé de deux guitaristes, un bassiste, un batteur et une chanteuse, le groupe a démarré en 2014. A l’été 2015, ils ont la chance de partir en Angleterre, au Twinfest de Northampton, grâce à un jumelage avec les Expressifs. En décembre 2015, Starving Woodchucks sort son premier EP. S’en suivra une cinquantaine de concerts dans toute la France pour faire connaître leurs titres et partager leur univers.

Vers d’autres horizons

En septembre 2017, il retourne en studio, chez Fabien Guilloteau, à Nomad Audio et compose ce nouvel EP. « En général, on part d’une base instrumentale et on la retravaille ensemble, jusqu’à ce qu’elle plaise au groupe. Ensuite vient la partie chant. » Ils s’inspirent des groupes Mumford and Sons, Half Moon Run, Of Monsters and Men ou encore Daughter. Ils piochent également dans leurs voyages, la nature, en attestent les cinq titres de l’album : On the moonlight road, Varmalhid (commune islandaise), Mockingbird, North Star et White Fang. « Nous nous revendiquons de l’indie folk. Nous développons une ambiance onirique et mélancolique avec des passages rythmés qui rappellent le rock. » Pour le concert au Confort moderne, le groupe a prévu de parcourir tout son répertoire, de leurs premiers morceaux aux titres de leur nouvel album en passant par des inédits. « Nous souhaitons aussi montrer notre évolution. »
Pendant un an, Starving Woodchucks a continué à écrire, a surtout rassemblé les fonds pour le pressage et la promotion de White Fang. « Nous sommes en auto-production, l’argent des concerts est donc réinvesti et nous venons de boucler un financement participatif. » Pour fignoler ce travail, le porter devant le public, le groupe s’est entouré d’une équipe. La couverture de l’album a été réalisé par une artiste grecque Meni Chatzipanagiotou, rappelant les mots clés de chaque morceau. Un clip vidéo du titre Varmahlid a été réalisé par Ronan Le Tinier. Un technicien son et un lumière travaillent avec eux pour les concerts. Une coach scénique les prépare. Des tee-shirts et des tote-bags ont été imprimés grâce à l’Atelier Emulsion (Bonneuil-Matours). « Tout ce travail doit nous permettre de trouver un label ou un tourneur, on l’espère. Nous cherchons en tout cas plusieurs dates de concert pour organiser une tournée en France. »

+Pratique

facebook : Starving Woodchucks

J'en veux plus :
La ville en parle / Une