Pixis : s’orienter dans le 21e siècle

« Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? » La question, souvent anxiogène et donc contre-productive, est chargée de la pression d’un devenir inconnu pour les jeunes, s’éloignant parfois de ses valeurs. Pixis se positionne justement à côté de ces poncifs. La start-up, fondée à Paris vient de prendre ses marques à Poitiers dans les locaux de Cobalt. « Nous comptons profiter et valoriser l’écosystème local pour surfer sur notre mission : orienter la jeunesse dans leur futur métier », explique Aloïs Gaborit, co-fondateur de Pixis. L’idée est même d’imaginer les métiers du futur, quitte à les inventer. « Dans 10 ans, 100  % des métiers auront changé, 50  % auront été remplacés et les survivants seront méconnaissables », annonce d’emblée le site.

En fait, Pixis a choisi de s’appuyer sur les 17 objectifs de l’ONU pour le développement durable (ODD). Des thèmes tels que la santé et le bien-être, l’égalité entre les sexes, l’éducation pour tous, les villes intelligentes et durables de demain ou encore l’innovation et l’industrie  4.0 sont abordés. « L’idée est de s’appuyer sur les valeurs qui sont importantes pour les jeunes et qu’ils souhaitent éventuellement mettre en pratique dans leur future vie professionnelle. Au lieu de dire qu’est-ce que tu veux faire plus tard, la question est plutôt quelle place souhaites-tu avoir dans le 21e  siècle ? Derrière chaque métier il y a du sens. Il faut juste le trouver », explique Aloïs Gaborit. Le co-fondateur de Pixis a grandi dans le Poitou et, même éloigné par les  études, c’est très attaché à son territoire qu’il est fier de porter l’implantation poitevine aujourd’hui.

Partenariat d’entreprises

Outre les ateliers en établissements scolaires, Pixis développe actuellement une offre à l’intention des entreprises, des banques par exemple, qui pourraient ainsi proposer les services de Pixis à l’attention de leurs jeunes utilisateurs ou clients. « Des entreprises pourraient aussi être intéressées pour offrir nos services aux enfants de leurs collaborateurs », souligne Aloïs Gaborit qui planche aussi sur des programmes à l’intention de fondations qui œuvrent à l’accompagnement des jeunes dans leur insertion dans le monde professionnel.

Direction l’expo Dubaï 2020

Lauréat du French Tech Ticket et après leur participation à l’accélérateur Edtech des Rencontres Nationales du Numérique en décembre dernier, Pixis s’ouvre désormais les horizons hors de nos frontières. La start-up vient d’apprendre sa sélection pour l’Expo universelle de Dubaï en 2020. « L’approche proposée pour rendre les jeunes acteurs de l’orientation a été saluée par le comité de sélection. La volonté de co-construire le 21e  siècle à travers l’orientation des jeunes aussi », explique Aloïs Gaborit. Pixis prévoit son internationalisation pour le second semestre 2019.

M. N.

J'en veux plus :
La ville en parle / Une