On teste « les midis du mardi » au Musée Sainte-Croix

Le mois de décembre, avec son traditionnel marché de Noël, ses vitrines illuminées et sa toute nouvelle attraction, y est particulièrement propice.
Parmi cette floraison d’évènements culturels, comment se démarquer et se réinventer ?

Depuis quelques temps, dans l’optique de familiariser davantage le grand public aux collections, le musée Sainte-Croix (Poitiers) propose une nouvelle formule intitulée « les midis du mardi ». L’équipe y accueille une quarantaine de visiteurs en vue de la présentation inédite et originale d’une œuvre issue des collections.

Si la démarche peut sembler anodine, l’originalité de la formule réside dans l’élaboration d’ateliers courts et dynamiques abordant des thèmes atypiques.

Pour qui ?

Tous ceux qui veulent se cultiver, apprendre, se vider la tête le temps d’un instant, souffler entre deux cours, pimenter leur pause-déjeuner, etc.

Le créneau proposé est idéal dans la mesure où il permet aux étudiants et travailleurs aguerris de s’accorder une pause et de faire une coupure dans une journée qui peut parfois sembler bien longue. Pour les habitués, c’est l’occasion idéale de découvrir ou redécouvrir de façon amusante les collections du musée. Toute personne désireuse de pimenter sa journée en alliant l’utile à l’agréable y trouvera son bonheur !


(Les auditeurs intrigués après la présentation de Cécile le Bourdonnec / ©Marie Métraud)

« Fake news ! » ou le choix laissé aux visiteurs… (4 décembre 2018)

« On fait ça surtout, et avant tout, pour avoir le plaisir de la découverte et puis s’amuser tout simplement, s’amuser avec le savoir. »

C’est ainsi que débute la présentation de Cécile le Bourdonnec, guide-conférencière au musée Sainte-Croix. La conférencière propose la relecture d’une œuvre tout droit sortie des réserves à travers une présentation ludique conçue comme une invitation au jeu. Celle-ci prend la forme de quatre versions différentes pouvant expliquer le sujet du tableau choisi.

Dans la salle, la capacité maximale semble largement atteinte, le public poitevin ayant répondu à l’appel. Tous, hommes, femmes, moins jeunes et plus jeunes, semblent intrigués.

De façon amusée, notre conteuse lance : « Moi aussi, je peux raconter n’importe quoi ! », et donne ainsi le ton sur ce qui va suivre. Le visiteur est là pour s’amuser et laisser libre court à son imagination…

(Cécile le Bourdonnec, guide-conférencière, très à l’écoute du public poitevin / ©Marie Métraud)

La séance débute par un plaidoyer très convaincant. Choix des verbes, intonation, etc. rien n’est laissé au hasard ! Les auditeurs, très attentifs à la présentation, ne semblent pas discerner le vrai du faux. Il faut avouer qu’avec la multitude de petits détails croustillants, on se laisse facilement entraîner par les histoires contées, si bien qu’on en oublierait presque que trois d’entre-elles sont fausses !

L’intervenante narre avec conviction les récits issus de la mythologie (Proserpine, fille de Cérès, enlevée par Pluton), de la chevalerie (« La Jérusalem délivrée », Le Tasse), du théâtre élisabéthain (« Édouard II », Christopher Marlowe) et d’un épisode historique moralisé (Artémise recueillant et absorbant les cendres de son époux Mausole, préfet de Carie).

La fin de l’exposé se pare des applaudissements de l’assemblée qui ne tardera pas à voter, à main levée, pour le récit qui lui semble le plus approprié à la représentation.
Après quelques précisions sur les différents récits, la réponse ne tarde pas à tomber… Il s’agit bel et bien du récit d’Artémise buvant les cendres de son mari que le peintre a choisi de représenter.

Finalement, si l’on est intrigué par l’ultime réponse, on prend surtout un malin plaisir à se gaver, tels des enfants devant une confiserie, des moindres petites anecdotes que l’on peut nous fournir. Le visiteur ressort rassasié, prêt à repartir pour l’après-midi et avec l’impression d’avoir optimisé sa pause-déjeuner par une expérience culturelle partagée.

Pari réussi pour le musée qui, par l’initiative originale et la qualité de l’intervention, nous incite à venir apprécier les prochaines sessions !

(KNÜPFER, Nicolaus, Artemisia buvant les cendres de son époux, le roi Mausole, peinture à l’huile, 35,5×27,5cm, Pays-Bas, 1ère moitié du XVIIe siècle / ©Alienor.org, Musée de la Ville de Poitiers et de la Société des antiquaires de l’Ouest)

+Pratique

Musée Sainte-Croix
Adresse : 3 bis rue Jean Jaurès, 86000 Poitiers
tel : 0549410753
Site web : Les midis du mardi