Restons connecté

« Les quatre accords toltèques : La voie de la liberté personnelle » de Don Miguel Ruiz

Bien-être

« Les quatre accords toltèques : La voie de la liberté personnelle » de Don Miguel Ruiz

Les 4 accords toltèques sont des enseignements de chamans mexicains regroupés dans un livre de Don Miguel Ruiz. Ils ont pour vocation de nous rendre plus heureux et, personnellement, je suis convaincue de leur pouvoir sur le bien-être au quotidien. Je vous explique en détails ces 4 accords et vous propose des exercices pour les mettre en place chaque jour.

« Les quatre accords toltèques », c’est en premier lieu un livre écrit par Don Miguel Ruiz. Il fut pour moi une véritable révélation. Ce qui y est décrit peut résonner en nous comme une évidence. Mais une évidence qu’il est bon de lire ! Je le conseille évidemment.

Le véritable impact de ce livre réside dans 4 principes essentiels qui proviennent des enseignements des chamans mexicains. C’est de ceux-ci dont je vais vous parler aujourd’hui. Ces accords sont devenus de véritables guides au quotidien qui ont transformé certaines pensées malsaines que je pouvais avoir en des réflexions me permettant chaque jour d’évoluer vers une meilleure confiance en moi et dans les autres.

La voie toltèque de la liberté dont proviennent ces accords consiste à prendre conscience de nos croyances limitantes pour les remplacer par de nouvelles permettant à toute personne une transformation profonde et un apprentissage sur soi.

Je vous explique les bases de ces 4 accords.

Premier accord toltèque : « Que votre parole soit impeccable » 

Cet accord repose sur le principe selon lequel les mots ont un véritable impact sur notre psychisme. Tout ce que nous disons, notre inconscient le prend comme « argent comptant ». Il faut donc faire très attention à ce que nous nous disons.

En effet, si je me dis « je suis trop bête d’avoir fait tomber mon stylo ! », peut-être que je ne pense pas vraiment au fond de moi que je suis bête, et pourtant, c’est ce que mon inconscient entend.

L’objectif est donc d’être le plus doux possible dans nos mots. Dans ceux que l’on prononce aux autres, car il est évident que cela les impacte, mais aussi dans ceux que l’on se tient à nous-même. Notre pensée doit refléter la réalité, mais également ce que nous souhaitons.

La réalité est que je ne suis pas bête parce que j’ai fait tomber mon stylo. Je ne dois donc pas le dire (même dans ma tête !), mais je dois plutôt penser ce que je souhaite : « il faut que je sois plus attentive, ce n’est qu’une petite erreur d’inattention ». Dans ce cas, ma parole est impeccable puisqu’elle me pousse vers le haut tout en étant réaliste.

Cela demande de l’entraînement, mais vous verrez, cela porte ses fruits !

Second accord toltèque : « N’en faites jamais une affaire personnelle »

Les paroles et les actes des autres ne nous concernent pas. Et cela, même si une réflexion nous est réellement adressée. En effet, si notre action (en supposant évidemment qu’elle était bienveillante) blesse une personne et donc qu’elle réagit en nous accusant, ayons conscience que cela est son problème. C’est à cette personne de travailler et comprendre la frustration que nous avons créé chez elle. Ce n’est pas à nous de nous en infliger une pour protéger l’autre. Ce n’est pas à proprement parler une affaire personnelle, puisque nous avons déclenché chez la personne une affaire qui lui est propre et qui s’extériorise grâce à nous. Contrairement à ce que la personne pense, elle ne nous est pas réellement adressée. Ramener à soi ce qui appartient à l’autre déclenche inévitablement de la peur, de la colère ou de la tristesse, ainsi qu’une réaction de défense. Notre réaction ne fera qu’éloigner la personne de la véritable naissance de cette réflexion. Pour nous comme pour elle, il vaut donc mieux s’abstenir de rétorquer et prendre conscience que cela ne nous est pas vraiment adressé. Nous devons laisser à l’autre la responsabilité de sa parole ou de ses actes et ne pas nous en mêler. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas se remettre en question ! Mais il faut remettre en question nos actes et non pas l’essence même de notre personne et de notre personnalité.

Par exemple : Si on critique mon article, il s’agit d’un jugement personnel. Je peux remettre en question la façon dont je l’ai rédigé mais celui-ci conviendra sûrement à d’autres personnes. Qui plus-est, la personne critique uniquement ma façon d’écrire cet article et non pas tous mes articles ou encore ma personnalité. Il est également possible que la personne fasse cette réflexion sous le coup de la colère ou de la jalousie, car elle a toujours rêvé de faire cet article.

Bref, dans tous les cas, j’écoute cette remarque, mais je ne la prends pas de façon personnelle. Et je respecte le prochain accord, je ne fais pas de supposition non plus !

Troisième accord toltèque : « Ne faites aucune supposition » 

Cet accord me semble fondamental. En effet, à de nombreuses reprises, et tous les jours, nous supposons et élaborons des hypothèses que bien souvent nous finissons par croire. Celles-ci sont pour la plupart d’entre nous quasi systématiquement des hypothèses négatives qui viennent impacter notre confiance en nous (« je suis tellement ridicule lorsque je danse ; il.elle doit penser de moi que je suis vraiment trop nul.lle »). Et pourtant, concernant les autres (et plus particulièrement les personnes auxquelles nous tenons) nos pensées envers eux sont positives (« je n’aurais jamais le courage de faire ça »). Nous avons tendance à nous auto-créer de la souffrance en supposant les pensées des autres alors que nous sommes bien souvent très loin de la réalité. Alors, si vous avez un doute, n’hésitez pas à poser des questions et exprimer vos ressentis. Vous éviterez de nombreux sentiments négatifs qui n’avaient pas lieu d’être ! En complément de l’accord précédent « n’en faites jamais une affaire personnelle », vous vous sentirez bien plus libre dans vos pensées et gagnerez significativement en confiance.

Quatrième accord toltèque : « Faites toujours de votre mieux »

Le fait de simplement faire « de notre mieux » nous permet de pallier à deux dangers.

Le premier serait de trop en faire. Dans ce cas, on risquerait d’y laisser trop (toute) notre énergie et donc finir par faire des choses contre-productives. Cela peut, par exemple, nous faire perdre du temps (lors d’une meilleure journée on aurait fait la même tâche en un minimum de temps) ou surtout nous faire vivre des échecs inutiles (on peut lors d’une mauvaise journée rater notre tâche, ce qui va nous faire perdre confiance en nous, alors que le lendemain nous aurions parfaitement réussi cette tâche). Et cela sans parler des émotions négatives qui iront avec et qui pourront impacter notre vie sociale (colère, manque de confiance…)

Le second danger serait de ne pas en faire assez. Dans ce cas, le risque est de ressentir de la frustration, de la culpabilité ou même du regret qui viendront une nouvelle fois affecter notre confiance en nous.

Tout est donc question d’équilibre : réussir à trouver le juste milieu en s’écoutant. Aujourd’hui c’est une journée « sans » ou rien ne marche ? Alors acceptez-le, et profitez-en (dans la mesure du possible) pour vous reposer. C’est au contraire une journée « avec » où vous regorgez d’idées et de créativité ? Vous vous devez de saisir cette opportunité et de donner le meilleur de vous-même.

La clé est donc de comprendre que « notre mieux » n’est pas toujours égal ! Il change tout le temps en fonction de multiples variables et nous devons faire de notre mieux -justement- pour réussir à nous adapter à lui.

Mais attention, le « mieux » de quelqu’un ne sera pas toujours le même que celui de quelqu’un d’autre. Ne pas se comparer à une norme est essentiel pour avoir confiance en soi.

Le « mieux » en orthographe d’un dyslexique ne sera jamais à la hauteur du « mieux » d’une personne sans difficultés. L’important est donc de faire de notre mieux en fonction de nos capacités et du moment.

Maintenant que nous avons vu le principe de ces 4 accords, je vous propose quelques outils et petits exercices pour les mettre en pratique au quotidien.

Petits exercices de mise en pratique des 4 accords toltèques :

  • Vous pouvez tout simplement, à partir de cet article, écrire les 4 accords sur une petite feuille et l’afficher dans un lieu que vous regardez souvent (au-dessus de l’évier si vous faites la vaisselle, dans la salle de bain pour quand vous vous brossez les dents…). Entraînez votre cerveau à repérer ces 4 accords dans votre quotidien et à les appliquer. Jouez à refaire vos phrases négatives envers vous-même dans votre tête, dites-vous que ce n’est pas une affaire personnelle quand on vous vexe. Essayez de ne pas faire de supposition lorsque vous ne savez pas clairement de quoi il retourne, et déculpabilisez en vous disant que vous avez fait de votre mieux. Bientôt, tout cela deviendra automatique !
  • Une citation par jour sous forme d’oracle. Ce « jeu » propose de petites citations qui reprennent chacune un des 4 accords toltèques. Personnellement, je tire une carte au hasard le matin et j’essaie d’y faire attention toute la journée afin de mûrir ma réflexion. Le soir avant de m’endormir, je relis la carte et m’endors sur cet enseignement. C’est un bel objet, ludique, instructif et créatif. Je le recommande vivement : simple, rapide et efficace !

  • Un cahier d’exercices des 4 accords toltèques. Bon là j’avoue, il faut être un petit peu mordue comme moi pour acheter ce type de cahier. Mais les exercices proposés sont pertinents et permettent de rendre plus concrets les accords au quotidien. Si vous êtes un passionné de développement personnel, je vous le conseille !

Mais quoi qu’il arrive, que vous arriviez tout de suite ou non à appliquer ces accords, ce n’est pas grave, puisqu’il suffit de faire… DE SON MIEUX !


De mon côté, je vous souhaite le meilleur. Prenez bien soin de vous.

Caroline FROMENTIN – Hypnothérapeute à Poitiers
Qu’est-ce que l’Hypnose Ericksonienne ?
06 16 59 88 05
contact@caroline-fromentin.fr
Instagram : @Carolinehypnose
Facebook : Caroline Fromentin – Hypnose Poitiers 86

Clique pour commenter

Plus de Bien-être

Haut