L’Effet Bocal, l’épicerie sans emballage

L’Effet Bocal, c’est la nouvelle épicerie du quartier des Montgorges, un commerce pas tout à fait comme les autres … Et cela commence par sa devise : faire germer un monde meilleur. « Nous voulons emmener les gens vers un autre monde de consommation, montrer que c’est possible, explique l’une des deux gérantes, Maryse. C’est aussi un autre mode de relations. » L’Effet Bocal, c’est avant tout une épicerie, oui mais sans emballage. Chacun vient avec son panier, ses sacs, ses bocaux, ses boîtes et s’approvisionne avec la quantité qu’il souhaite. C’est aussi un espace pour des ateliers (fabriquer des boucles d’oreille, sa lessive, aborder la cru’sine, la réflexologie …) ou des discussions (les crèmes solaires …).

mathilde maryse effet bocal

Ce projet a mûri dans la tête de Maryse et Mathilde. La première avait repris ses études pour une licence professionnelle en accompagnement social et insertion. La seconde était conseillère en économie sociale et solidaire. Elles se rencontrent alors que Maryse vient faire un stage dans la structure de Mathilde et deviennent amies. « En 2015, nous étions toutes les deux dans une période professionnelle charnière. Nous avions besoin de partir et de faire les choses autrement, en adéquation avec nos valeurs. Et à nous deux, nous pouvions créer quelque chose. » Les idées fusent et finalement c’est sur le concept d’épicerie vrac que les deux amies s’arrêtent. « Par rapport à nos propres consommations, nous regardions déjà comment faire autrement. Nous changions nos habitudes, pour aller vers des alternatives. Nous en avions marre de ramener autant d’emballages que de produits chez nous. La question était aussi : comment réduire notre budget courses face à une baisse de revenus. »

effet bocal intérieur

Elles fabriquent des lingettes lavables, leur lessive maison, leur déodorant, leur pâte à tartiner … Et sont également allées à la rencontre des producteurs. « Quand nous parlions du projet, les gens accrochaient et nous renvoyaient vers une nouvelle personne. Petit à petit, nous avons construit notre projet et notre réseau. Nous étions deux porteuses de projet, cela donne de la force. » Elles rencontrent l’Union régionale des Scop, IPCA, lancent une campagne de financement participatif sur J’adopte un projet. « Nous avons eu une très forte adhésion au projet. Cela nous a aussi donné de la crédibilité face à des financeurs. » Des clubs de Cigales sont entrés au capital. « Nous avons rencontré beaucoup de monde ! »

Rien ne se jette …
Les deux associées trouvent finalement un local, dans le quartier des Montgorges. Elles l’agencent avec du mobilier fabriqué à partir de palettes, chiné ou donné. « Le fait que ce soit un éco-quartier faisait résonance avec notre projet. Il y a aussi un beau potentiel de développement avec les nombreuses maisons en construction. Un commerce de plus qui s’installe, c’est du passage en plus pour les autres activités. » Ainsi les habitants du quartier viennent remplir leur bouteille de lait, un bocal de pâtes, mais des « militants » passent aussi faire leurs courses pour la semaine. « Nous prenons tous les contenants. Les gens ont la liberté de consommer comme ils veulent, de prendre la quantité qu’ils désirent. Il faut oser, essayer, s’amuser aussi. »

legumes effet bocal

Des maraîchers de Châtellerault, Quinçay et Lavausseau livrent leur fruits et légumes. Les pâtes sont également de producteurs locaux, comme certains gâteaux ou encore les yaourts. Huiles, vins, épices, céréales, légumineuses, aromates, jus de fruits, condiments, conserves de légumes ou de viande, produits ménagers, droguerie, crémerie, biscuits, cosmétique … il y a de tout à l’Effet Bocal. Les accessoires zéro déchets (gourde, paille en inox, sacs en tissu …) y ont également leur place. « Il y a beaucoup d’échanges, les gens sont en demande d’information, de conseils. S’ouvrir aux autres, c’est notre vraie richesse. »

+Pratique
Adresse : 5 rue Léopold Sédar Senghor, 86000 Poitiers
Facebook : @leffetbocal
Horaires : mardi au samedi 9 h 30 au 19 h 30

J'en veux plus :
Côté commerce / Une