Restons connecté

La gare de Poitiers a vu le jour en 1851

http://pioussay.wifeo.com/le-train-paris-bordeau.php

Histoire/Art

La gare de Poitiers a vu le jour en 1851

La ville est en fête en ce jour de 1851 qui voit la 1ère locomotive arriver en gare de Poitiers.

http://pioussay.wifeo.com/le-train-paris-bordeau.php

La ville est en fête en ce jour de 1851 qui voit la 1ère locomotive arriver en gare de Poitiers. C’est que les travaux de la ligne Paris-Bordeaux ont été fastidieux et que les compagnies gestionnaires ont peiné à livrer les différents tronçons.

Toujours est-il que la Compagnie du Chemin de Fer d’Orléans à Bordeaux a mis les petits plats dans les grands en ce jour du 15 juillet 1851 pour inaugurer la section Tours-Poitiers.

On ne peut pas encore se rendre à Bordeaux car la liaison avec Angoulême n’est livrée qu’en 1853. Mais tout de même, la carte de France se redessine et la jonction avec La Rochelle devient réalité en 1857 alors qu’il faut attendre 1867 pour rejoindre Limoges. La gare entre ainsi dans le quotidien des habitants pour le meilleur et le pire. Quand Hitler se met à vociférer dans le poste à galène, on craint pour elle.

Mais ce sont les bombardements alliés qui la détruisent dans la nuit du 12 au 13 juin 1944. La liberté a un prix, celui du sang et le désastre fait peine à voir à la Libération. Les cheminots de la nouvelle SNCF se retroussent alors les manches ; nous sommes au début des Trente Glorieuses. Les voies avaient été électrifiées avant la guerre et la modernisation se poursuit de plus belle.

gare_poitiers_reconstruite

La gare est plusieurs fois restructurée dans les années 1980 à 2000. Elle accueille en  1990 le TGV qui met Poitiers à 1h40 de Paris. La vitesse se fait au détriment des dessertes secondaires qui sont abandonnées comme Châteauroux ou Nantes mais la ligne vers Limoges reste au cœur des préoccupations. La ville attend l’ouverture en 2017 de la future LGV Sud- Europe-Atlantique qui rapprochera encore la nouvelle grande région de la capitale. La gare est devenue une plateforme multimodale qui combine le rail et la route. Elle anime autour d’elle un quartier en pleine évolution pour le plus grand confort de ses usagers.

Les pionniers du rail ne pouvaient pas imaginer que la Lison, la locomotive que Lantier aimait plus qu’une femme dans la Bête Humaine, le film de Renoir inspiré du roman de Zola, deviendrait ce moyen de transport, moderne et efficace au service de chacun.

Philippe Jeanmichel, auteur de MARIKER,
roman historique publié aux éditions du Petit Pavé.

mariker

Continuer à lire
Publicité Le petit futé
Vous aimerez aussi

Dir. de publication

Clique pour commenter

Plus de Histoire/Art

Haut