Restons connecté

Connaissez-vous le hockey subaquatique ?

Sport

Connaissez-vous le hockey subaquatique ?

Vous avez toujours rêvé de pratiquer le hockey mais vous n’avais jamais tenu plus de 2 minutes sur des patins sans risquer de vous briser le coccyx ?
J’ai la solution qu’il vous faut ! Et cette solution c’est le hockey subaquatique.

Vous avez bien compris, même si votre cerveau a décidément du mal à associer le mot « aquatique » avec le mot « hockey » sachez que cette discipline existe depuis les années 50 et fait partie du sport scolaire dans certains pays, comme l’Australie ou la Nouvelle Zélande. Loin de n’être que du « Hockey sous l’eau », ce sport à sa propre identité.

Comment ça se joue ?

Equipés d’un bonnet (type water polo), d’un tuba, d’un masque, de palmes, d’un gant et d’une crosse, l’objectif des six joueurs des deux équipes évoluant au fond de la piscine, est de faire progresser un palet de 1,3kg dans le but de l’équipe adverse.

Les équipes ont deux mi temps de quinze minutes pour remporter la partie. Comme dans tout sport collectif, des remplaçants sont sur le bord de la piscine pour apporter leur aide à leurs coéquipiers dans le besoin. Chaque joueur a un poste défini en défense ou en attaque (il n’y a pas de gardien) et alterne entre phases de jeu au raz du sol de la piscine et remontées à la surface pour reprendre son souffle.

Pour assurer la bonne progression du palet, il y a toujours 3 à 4 joueurs en permanence sous l’eau. Trois arbitres sont présents (deux dans l’eau et un au bord de la piscine) afin de maintenir le respect des règles. Entre passes, phases de défense, d’attaque, d’accélérations et les contacts on imagine facilement l’intensité de l’effort, surtout en apnée ! Les meilleur.es pratiquant.es peuvent rester jusqu’à 20 à 30 secondes en jeu sous l’eau et reprendre leur respiration très rapidement.

Idée originale ?

A l’origine de l’idée, des passionné.es de plongée sous marine qui souhaitaient continuer de s’entrainer de façon ludique pendant la période hivernale.  Ni une ni deux, ils plongent en piscine avec leur bouteille d’oxygène sur le dos et tentent de se faire des passes et de marquer des buts avec un palet et des crosses de hockey raccourcies. Pas facile de se mouvoir avec agilité avec le matériel habituel de plongée, au fil des années la pratique est devenu plus pratique et plus technique.

Les qualités physiques et mentales

En plus de sortir de l’ordinaire, ce sport demande un effort physique complet. En effet, les pratiquant.es sont en apnée et de plus, doivent parcourir le terrain en 3 dimensions. De long, en large mais également de haut en bas pour reprendre régulièrement leur respiration.

Pour développer un bon niveau en hockey sub, comme dans tout sport, une préparation et des entraînements réguliers sont nécessaires. Dans l’eau, pour s’entraîner à la nage, au maniement du palet et de la crosse et pour travailler en groupe les différentes tactiques de jeu, mais pas que ! Sur la terre ferme, la pratique de la musculation est intéressante pour développer la force et l’explosivité nécessaires sous l’eau. La pratique de la course à pied et des entraînements en fractionnés sont également utiles afin de pouvoir suivre le rythme du jeu.

Mettre en place et suivre une tactique de jeu est déjà complexe sur terre, le faire en apnée et sans pouvoir communiquer avec la voix, ne facilite pas la chose. En dehors des compétences physiques, le hockey sub demande donc de grandes capacité de concentration, lucidité et contrôle de soi. Prendre des bonnes décisions de jeu et continuer d’être dans l’effort alors que le cerveau commence à être privé d’oxygène : sacré challenge !

Retrouvez dans la vidéo ci-dessous un récap de la saison 2016/2017 de l’équipe de France Féminine de hockey sub. (phases de jeu sous l’eau à 0:30 puis 2:33, 2:57)

Du hockey sub en France…

Le hockey sub fait parti de la FFESSM fédération française d’étude et de sports sous marin, fédération qui regroupe, entre autre, des disciplines comme l’apnée et la nage avec palmes.

Elle compte près de 50 clubs en France pour environ 5000 licencié.es. Pratiqué autant par les hommes que par les femmes, le hockey est loin de n’être qu’une discipline de loisir, il se pratique également en compétition. Les équipes masculines se repartissent en 4 divisions et en 3 pour les équipes féminines.

S’il n’est pas rare d’entendre les supporters de tennis, rugby, foot et autres disciplines médiatisées, pestés contre les performances des sportifs et sportives, ils sembleraient que les supporters de Hockey sub connaissent des 3ème mi temps plus joyeuses ! En effet, l’équipe féminine de Hockey finit 3éme aux derniers championnats du monde et est championne d’Europe en titre. L’équipe masculine n’est pas en reste, puisque si ses membres avaient des étoiles sur leurs bonnets, ils en compteraient 3, l’équipe a été championne du monde en 1998, 2003 et 2008.

…et à Poitiers !

Joffrey Brocart, fondateur de l’association sportive nous l’assure : Poitiers aura son club de hockey subaquatique à la rentrée 2019.

Au programme des entrainements de la nage, travaille des différentes techniques pour des déplacements et un jeu optimal et des matchs en fin de séance

Ouvert à tous et toutes à partir de 14 ans, les entraînements se dérouleront le mardi et vendredi soir de 21h à 22h à la piscine de Bellejouane. Pas de panique, des séances d’initiations sont prévues et tout le matériel nécessaire à une bonne pratique vous sera prêté.

Retrouvez la page Facebook du club : https://www.facebook.com/PoitiersHockeySub/

N’hésitez pas à contacter Joffrey via ce réseau, fin connaisseur de son sport il répondra avec plaisir à toutes vos questions.

Faites le grand saut !

via GIPHY

Continuer à lire
Publicité Le petit futé
Vous aimerez aussi
Clique pour commenter

Plus de Sport

Haut