Restons connecté

Collège Henri IV : Quatre siècles au service de l’enseignement des Poitevins

Histoire/Art

Collège Henri IV : Quatre siècles au service de l’enseignement des Poitevins

Henri IV a donné son nom au collège de la rue Louis Renard à Poitiers. Voici plus de 400 ans que cet honorable établissement délivre ses enseignements à des générations d’enfants du centre-ville

20150908_141623_HDR

Ses bâtiments XIXème cohabitent avec sa fameuse chapelle et forment une silhouette bien ancrée dans le panorama de la ville. Ce sont les Jésuites qui le construisent, à leur arrivée dans la ville en 1604, se faisant céder les anciens locaux du collège Sainte Marthe, où, dit-on, Calvin lui-même vint prêcher en 1534.

Les collèges jésuites du Centre-Ouest atlantique accueillent alors de nombreux religieux qui partent en fin d’études pour Sillery près de Québec, où se trouve la maison du supérieur des missions. Ils sont envoyés ensuite chez les Iroquois, Outaouais, Montagnais ou Hurons, dans des missions telles que Saguenay-Tadoussac ou Michillimakinak. Certains participent aux expéditions pour découvrir les territoires de l’Ouest.

Les Jésuites y ajoutent une chapelle, « la chapelle Saint-Louis », fréquemment appelée « chapelle Henri IV ». De forme rectangulaire, c’est un édifice à nef unique flanqué de deux tours à son extrémité sud. Il présente un imposant retable de style baroque de première importance, offert par Charlotte Flandrine de Nassau, fille de Guillaume le Taciturne, et abbesse de l’abbaye Sainte-Croix de Poitiers.

henri 4 chapelle

Crédit photo : Danielclauzier – Sous licence Creative Commons 3.0

Un grand tableau représentant la circoncision de Jésus du peintre Louis Finson et des statues de 1615 réalisées par Gervais de La Barre complètent le décor intérieur, souvent utilisé de nos jours pour des expositions. Débutée en 1608 et consacrée en 1613, la chapelle est dédiée à Saint-Louis.

Il ne faut pas pour autant oublier le pavillon central du collège, édifié en 1654 par Etienne Segrétain sur les plans du recteur Anginot, ni la sacristie ajoutée dix ans plus tard.

Monument historique depuis 1908, le collège Henri IV poursuit sa mission éducatrice à l’occasion de cette rentrée, même si l’on parle beaucoup d’une retraite ou d’une modernisation qui seraient toutes deux bien méritées.

Continuer à lire
Publicité Le petit futé
Vous aimerez aussi

Dir. de publication

Clique pour commenter

Plus de Histoire/Art

Haut