Christelle Derré, artiste transmédia

Christelle Derré est en résidence à la Coursive à La Rochelle, en tant que metteur en scène pour la création d’Albatros, un spectacle mêlant théâtre et animation. Créer des ponts, tisser des liens, voilà bien une des qualités de la co-directrice du collectif Or Normes.

Poitevine, elle découvre le théâtre au collège pour ne plus le lâcher. Elle continuera avec l’option théâtre au lycée du Bois d’Amour, la fac des arts du spectacle et le Conservatoire de théâtre de Poitiers. A 19 ans, elle intègre le Théâtre du Trèfle, sous la direction de Marie-Claude Morland. « Je suis arrivée directement dans un milieu professionnel, dans la vie d’une troupe. Aujourd’hui, je me rend compte que j’ai été marqué par ça, par cette notion de mener une équipe, d’emmener des personnes dans une même direction. » Après trois ans à Toulouse, elle revient sur Poitiers et obtient un master 2 en direction et développement de projets artistiques et culturels européens et internationaux. Son mémoire portait sur la notion de transmédia appliquée au spectacle vivant. « J’ai eu besoin de lever la tête du guidon et de réinterroger ma pratique. » Ces réflexions ont nourrit la structuration de son entreprise.

Tisser des liens

En 2011, elle crée avec Martin Rossi, un développeur-codeur, le collectif Or Normes.
La compagnie est l’une des rares à avoir adopté le statut de société. « J’ai connu 10  ans d’intermittence du spectacle, mais ce statut n’arrivait plus à satisfaire mon besoin de créer. Je suis constamment en recherche, en mouvement et pas simplement pour le temps d’une prestation. L’enjeu était aussi de mettre en place une entreprise transmédia, où arts et nouvelles technologies pouvaient se rencontrer. Je travaille avec les technologies dans lesquelles je vis. J’aime prendre une œuvre, la questionner sur scène, mais aussi sur d’autres supports. Aujourd’hui, il existe tellement d’outils de communication avec lesquels défricher. Ainsi, je suis libre de créer. Je suis contente de cette construction et des gens qui gravitent autour. »

Basé à Poitiers, à la Maison des Trois Quartiers, le collectif compte actuellement deux co-directeurs, onze intermittents, un administratif et une doctorante. Cette dernière travaille notamment sur le projet Engrenages, un outil dédié aux nouvelles formes d’écritures sur le net. « Il s’agit de créer un nouveau crayon pour le web », précise Christelle Derré. Cet outil doit permettre d’adapter ou d’écrire des œuvres littéraires sur les réseaux sociaux. Après cinq ans d’expérimentation, une application dédiée Poulp et la start-up qui la porte, devraient très prochainement voir le jour. « Que ce soit sur Facebook, Twitter ou Tumblr, il s’agit de mettre en scène une narration, de trouver la meilleure architecture au service d’une histoire, d’un auteur. Sur ce créneau, nous avons un véritable savoir-faire. »

Le collectif développe aussi le concept de Lili, l’installation de lecture immersive. Dernièrement, au salon Experimenta à Grenoble, leur dernière Lili adaptée de « La Maladie de la Mort » de Marguerite Duras a remporté un beau succès. Il s’agit là de mêler la réalité virtuelle, les codes du jeu vidéo, un univers visuel et sonore, la lecture … pour plonger le spectateur-lecteur dans le livre en sollicitant tous ses sens. « Je tisse, je fédère, je défriche et j’adore ça ! »

J'en veux plus :
La ville en parle / Une